Au fil des jours, et des informations qui filtrent, nous reconstituons le montage global de l'opération. Un schéma valant mieux qu'un long discours, voici le montage tel qu'il est connu à ce jour : montage financier de la co-entreprise entre SNCF et IBM

Pour rappel, ce montage vise à contourner la loi sur les marchés publiques à laquelle la SNCF, entreprise publique, est soumise.
Ce montage malheureusement légal aura pour conséquence de déroger à la règle des appels d'offre notamment lors d'achats de logiciels (IBM doit se frotter les mains...).

Les filiales

Les filiales ont été créées  et Michel Baudy en est le Président depuis le 23 décembre 2009.
Vous trouverez plus d'informations sur la page des statuts des filiales.

En parallèle, chez IBM, Daniel Chaffraix a quitté la direction d'IBM France pour mieux se consacrer à ce partenariat en tant que Managing Director du nouveau compte intégré (Integrated Account). Il est remplacé par Alain Bénichou.

Les missions

Pour l'établissement des contrats de Centre de Service (CdS), la SNCF passera par Stelsia, qui passera par Cortis qui négociera avec les fournisseurs.

Pour la réalisation de la prestation, DSIT passera soit par un pilote de prestation de Cortis (personnes d'IBM) soit avec le pilote désigné du CdS.

IBM fait également partie des CdS et s'est déjà octroyé 100% de la Production (dont une partie sera externalisée en Inde) et du Testing et jusqu'à 33% des Etudes.

Les sociétés qui participeront aux autres CdS seront choisies avant fin février. De deux à six sociétés seront retenues, en fonction de leurs offres. Nous serons vigilants sur ce point, des tarifs très bas indiqueraient qu'il y aura recours à l'offshore.