Hier, nous étions près de 250 devant le siège pour apporter notre soutien à la délégation syndicale reçue par messieurs Nogué et Azéma. C'est un résultat en demi-teinte alors que les Parisiens jouaient à domicile.

Inversement, les ASTI ont pleinement participé aux festivités et étaient venus en nombre, certains même de Toulouse étaient partis la veille... Bravo messieurs !

Ce qui s'est dit

Bien qu'il n'y ait pas de compte-rendu officiel, voici en gros ce qui s'est dit :
  • Les OS ont rappelé que la Direction porte l’entière responsabilité du conflit.
  • Les OS souhaitent de véritables négociations et ne s’inscriront pas dans l’accompagnement de la mise en place d’ULYSSE.
  • A noter également que la Direction a changé radicalement de discours : elle ne dit plus « rien ne change ». L’offshore est avéré.
  • Enfin au sujet des métiers des cheminots, là aussi, le changement est avéré. Il faudra de la mobilité entre les DSI, donc de la  mobilité géographique !

Peut mieux faire

L'impression générale à l'issue de cette journée marquait une certaine déception. Tout d'abord à l'égard de la Direction qui ne s'est bien sûr pas montré et qui affichait son mépris en ayant pris soin de fermer les grilles.

Mais la déception était aussi visible à l'encontre des syndicats par la teneur de leur discours "creux" au sortir de la réunion. Entendre un résumé du combat que nous menons depuis six mois au jour le jour et l'amalgame avec le combat des retraites du 27 mai sans nous donner plus d'infos sur la teneur de la réunion n'était pas ce qu'attendaient les cheminots qui avaient bloqué leur journée pour faire le déplacement.
Messieurs les syndicats, merci d'être un peu plus fin psychologues la prochaine fois : pour la plupart des informaticiens, ce combat est le premier. Ils ne sont par conséquent pas rôdés à tout ce cérémonial, qui les laisse plutôt dans la crainte que l'espoir de victoire.

Dans la presse

Quelques relais par la presse sont déjà visibles :
Il y avait également une journaliste d'Europe 1 qui a interviewé plusieurs personnes. Si quelqu'un a entendu le reportage et l'a enregistré, merci de nous le transmettre.

Pendant ce temps...

... à la Mulatière, une occupation de la salle de pilotage a été orchestrée par des cheminots et des prestataires en marge de toute OS.
Nous copions-collons ici le commentaire de IBMestDansLeFruit (en édulcorant certains passages) qui illustre bien le mauvais esprit de nos dirigeants (encore une fois) : 

Mercredi en appui au mouvement parisien au siège de l’entreprise, les informaticiens (Prestataires et cheminots) de la Mulatière ont organisé en toute discrétion l'occupation de la salle de pilotage du site durant 1h. Surprise, sur prise pour les dirigeants, en particulier le chef de pôle Joël Noirot qui, une nouvelle fois, à goûté aux joies du camping dans son spacieux bureau de la Mulatière.

[...]

Sans conteste maladroit, son discours, vous l'imaginez, a été très mal accueilli par Le petit Peuple de La Mulatière.

[...]

Malheureusement (le contraire aurait été étonnant), rien de notable à signaler dans les échanges avec un dirigeant qui a resservi à peine réchauffés, les mêmes lieux communs distillés depuis des mois par une direction en panne d'imagination pour justifier un projet injustifiable qui consiste ni plus ni moins qu'à céder à prix discount une expertise ferroviaire qu'IBM se chargera de revendre au plus offrant à prix d'Or, y compris aux actuels et futurs concurrents de la SNCF.

Alors oui, messieurs les dirigeants jusqu'au sommet, les informaticiens vous le disent, ce ne sont pas nous, occupant à peine plus d'une heure un site de production informatique, qui sommes irresponsables, mais bien vous, qui apparaissez totalement dépassés par vos propres engagements. Vous, qui livrez à l'ennemi les armes stratégiques d'une future guerre économique qui se profile dans le ferroviaire (ce n'est pas nous qui l'inventons mais IBM lui-même qui le claironne dans les médias).
Comment voulez-vous ensuite, que nous vous fassions confiance quand vous nous abreuvez d'arguments poussiéreux, qui s'effritent au premier contact ? Comment croire et suivre des chefs qui vous mènent à une défaite certaine ?

[...]

Et maintenant ?

Pour autant, les réjouissances ne sont pas terminées. Le 14 juin à 10h se tiendra une table ronde entre les syndicats et la Direction pour faire le point sur le projet. Pour les OS, cette table ronde devra répondre aux revendications légitimes des cheminots tant pour les DSI que pour les ASTI. Elles espèrent y obtenir des garanties fortes.
Car après une gestion du dossier pour le moins désastreuse, la Direction se rend bien compte qu'elle doit maintenant faire face à un problème de relations majeur avec son personnelle et qu'elle doit regagner sa confiance.
Et vu la démotivation qui règne dans les bureaux, la route sera longue, et la pente sera raide...