Suite au fiasco de la table ronde de lundi (qui aura duré à peine 2h30 avec deux suspensions de séance), les organisations syndicales appellent de nouveaux les informaticiens de la SNCF à la grève pour le 24 juin.

Comme si la journée du 1er avril (plus de 80% de grévistes) et le sondage CSA (95% des répondants àDSIT sont opposés au projet) n'avaient pas suffi.
Outre le dossier des retraites, nous devrons nous mobiliser une fois de plus pour bien signifier à Gilles Albertus et les dirigeants de la SNCF que nous refusons leur politique actuelle, et que nous ne plierons pas.