Gilles Albertus l'avait annoncé peu de temps après son arrivée : pour lever les obstacles à la mise en place des centres de service, des têtes risquaient de tomber à la DSIT.

Cela vient d'arriver avec le remplacement de Slimane Aguercif par Gilles Hozé à la tête du pôle EH. Slimane était connu pour ses prises de position un peu fortes contre le projet Ulysse. Le voilà averti.

Faut-il y voir aussi un message d'avertissement à l'encontre des autres cheminots qui souhaiteraient encore s'opposer ? C'est possible.
Mais de là à penser qu'une ère de terreur s'installe, nous ne le pensons pas. Car le contexte social ne s'y prête absolument pas.

Rappelons que la direction de la DSIT marche sur des oeufs actuellement et que nous attendons de voir quel sera son discours le 9 juillet lors de la prochaine table ronde.
En fonction de cela et de ses actions pendant l'été dépendra le climat social de la rentrée qui s'annonce déjà chaud avec le dossier des retraites...