Mercredi 15 juin, les syndicats (toujours inscrits dans un mouvement unitaire) ont adressé à la Direction de la SNCF une nouvelle Demande de Concertation Immédiate contre Ulysse.

Dans le texte envoyé (dont la version complète est en annexe), les syndicats reviennent sur l'historique du projet Ulysse et les risques qu'il fait peser sur la SNCF, avant d'énoncer leurs revendications, reprises ci-dessous :

  1. Arrêt de la co-entreprise SNCF/IBM ;
  2. Contrôle du système d’information du groupe SNCF exercé pleinement par l’EPIC SNCF pour assurer la pérennité de l’entreprise intégrée, de ses missions de service public et le maintien de l’emploi sur le territoire national ;
  3. Maintien des DSI et des centres d’exploitation informatiques au sein de l’EPIC SNCF ;
  4. Mise en œuvre d’une véritable politique volontariste de ré-internalisation des charges de travail et la pérennité de ces missions avec notamment la reprise par les ASTI de la maintenance informatique et télécom des Directions Centrales.
  5. Pérennisation des emplois des informaticiens cheminots par :
    • une politique d’embauche,
    • l’organisation d’un examen de qualification E sur l’ensemble de l’entreprise,
    • une convergence entre les métiers télécoms et informatiques sur une base favorable aux cheminots des deux métiers dans les ASTI.
    • Le respect des engagements pris avec la réalisation effective de la ré-internalisation des 200 emplois annoncés.
  6. Respects de la législation relative à la passation des marchés publics.

La réunion a été programmée pour lundi après-midi. Nul ne peut prédire ce qui s'y passera, mais on peut tout de même s'attendre à ce que cela débouche sur un appel à la mobilisation pour le 30 juin, date du prochain Conseil d'Administration de la SNCF où Ulysse doit être ré-examiné.

A suivre donc...